Tuto LightPainting


Tuto 1 LightPainting


Préambule : à réaliser sous la responsabilité d’adultes responsables, dans un endroit sans risque pour éviter tout départ de feu et d’incendie, avec autorisation préalable. Extincteur obligatoire – risque de brûlure

Pour tous les amateurs de photographie, de sortie nocturne, de feu, d’essence, de poudre à canon et d’explosions contrôlées bien évidemment, voici un petit tutoriel se rapportant au LightPainting. Je vais vous donner les informations nécessaires : Produits utilisés, les mises en scènes, le matériel et toute la préparation dont nous avons eu besoin pour parvenir à ce glorieux résultat.

Lightpainting and fire

Avoir une idée

Et oui, avant de prendre une photo qui nécessitera un long montage il faut d’abord faire un petit brainstorming afin de savoir ce que l’on veut précisément dans cette photographie. Certains d’une seule chose, on voulait faire exploser des trucs et mettre le feu avec un maximum de produit. Bon, nous avons dû freiner quelques-unes de nos pulsions, avec grande difficulté. Et sans savoir pourquoi nous avons eu l’idée d’une photo où l’un de nous lançait une boule de feu sur l’autre, avec, encore une fois, sans savoir pourquoi, le spectre de celui qui se prenait cette explosion, jaillissant de son corps.

Donc il nous a fallu préparer et prévoir les différentes photos et images dont nous aurions besoin pour créer cette photographie par de multiples croquis très simplifiés. On dessine mieux que cela je vous l’assure ! Il fallait juste que l’on arrive sur place avec une ligne directrice pour savoir quoi faire. Et on s’est vite rendu compte de l’importance de cette ligne directrice car il nous a fallu trois heures pour prendre les photos dont nous avions besoin pour le montage.

etude préalable à la sortie LightPainting

Le matériel

Matériel de base pour le Lightpainting

Au départ nous sommes partis avec une caisse remplie d’éthanol en gel (ce que je préfère), d’un gel pour allumer les barbecues, un peu comme du zip, de la limaille de fer, une corde accrochée à un fouet de cuisine et bien entendu un extincteur. Extincteur important car sur une photo précédente on devait éteindre les feuilles qui avaient pris feu à nos pieds ainsi que les cheveux d’un de nos fidèles compagnons.
Pour découvrir ce qui nous a plus le plus comme matériel d’allumage, on a simplement fait des tests sur place, expérimentant en même temps que nous prenions les photos. L’éthanol brûle très vite et le feu se répand sur sa surface à une vitesse considérable ce qui le rend exemplaire pour mettre le feu à quelque chose. Le gel blanc de zip prend feu très lentement et se consume plus lentement aussi mais fait des flammes bien plus hautes. La limaille de fer que nous coincions dans le fouet de cuisine fait de petites étincelles quand nous l’allumons mais si vous le faites rapidement tourner dans les airs à l’aide de la corde, un réel brasier prend vie autour de vous (capuche ou bonnet indispensables croyez-moi). Mais pour aider la limaille de fer à prendre feu, rien de tel qu’un petit assaisonnement à l’éthanol pour que le brasier soit certain et efficace rapidement (quelques gouttes suffisent). Il ne faut simplement pas trop en mettre car, étant sous forme de gel visqueux, s’il y en a trop sur le fouet, de l’éthanol en feu risque d’être projeté alentour.
Bien sûr pour ce type de photo LightPainting, nous étions dans un environnement le plus sombre et isolé possible.

Les différentes prises de vue pour la construction de la photo finale
Pour avoir cette photographie finale il nous fallait 8 images différentes :
– le personnage lançant la boule de feu,
– la traîné de feu au milieu de la photo,
– la boule de feu explosant,
– celui recevant l’explosion et son spectre,
– le feu dans la main du  » sorcier  » …
Point important, l’ensemble des éléments de la photo ont été réalisés en réel lors de notre sortie nocturne et ensuite nous avons tout monté sur la photo finale.
Pour la première image, il a fallu positionner un personnage tendant une main dans le sens de son regard mais aussi ayant son autre main à plat pour qu’on puisse insérer une autre flamme dedans. Le feu à ses pieds est fait par un mélange de gel zip qui produit des flammes plutôt hautes mais que nous avons aidé à prendre feu avec un peu d’éthanol. Attention à vos chaussures si le vent pointe son nez ! Et la trace entourant sa main fut faite à l’aide d’une lampe torche avec un cache rouge. Sur une seule photo il a fallu combiner la pause tout en éclairant partie après l’autre la main avant, le visage, la main mise en arrière et entourer la première main de lumière rouge. Le reste du corps ayant un éclairage suffisant avec le feu aux pieds de cet être vil et obscur.

photos pour montage

La traîné en feu ne fut pas une mince affaire. Nous souhaitions quelque chose de plus incandescent mais nous n’en sommes encore qu’à nos débuts. Pour ce faire nous avons passé une corde par-dessus une grosse branche d’un arbre (avec le moins de feuille possible), toujours équipée de son fidèle fouet à pâtisserie rempli de limaille de fer et recouvert d’éthanol. Un premier test fut fait avec du coton mais pour un effet optimal il faudrait l’imbiber d’essence. Nous avons donc mis le feu au fouet pendant que l’un d’entre nous tirait sur la corde pour le faire remonter. Attention, il arrive parfois, que le fouet décide de rester coincé à la branche et que l’on ait un petit peu peur de voir une forêt prendre feu, donc restez vigilant.
Nous pensions aussi mettre le feu à un petit animal pour qu’il fasse une traînée en courant mais ses mouvements auraient été bien trop aléatoires, sans parler des problèmes que nous aurions eu par la suite (joke).

Pour l’explosion nous avons recouvert le sol d’éthanol (vraiment utile à chaque instant) puis nous avons lancé le fouet rempli de limaille au sol pour voir les étincelles jaillir de toute part. Vu que plusieurs tests furent faits, nous avons de la matière pour mettre une boule de feu dans la main du lanceur, en plus que sur celui recevant avec courage, et non sans surprise, le feu démoniaque, provenant des couches les plus sombres d’un ancien monde réduit au silence depuis des siècles.

Et enfin, la photographie du personnage se prenant la boule de feu fut des plus simples. Il suffit de l’éclairer avec une lampe torche blanche, dans un environnement dénué de lumière en pleine nuit. On prit plusieurs photographies avec plusieurs pauses différentes ce qui permit en même temps d’avoir une image de son  » spectre  » jaillissant de sa personne une fois touché par tant de malfaisance.

Ne faites pas ça dans votre salon !

@irrationalwanderer

Equipe technique

Équipe Feu : christian @avkhvgo @irrationalwanderer
Éclairage : julien
Photo : @hubgans @avkhvgo
Mannequin être vil et obscur : @irrationalwanderer
Mannequin Spectre : @hubgans
Photo montage : @hubgans

Matériel

Fouet de cuisine avec crochet et 100% métallique
Corde 5m
Limaille de fer (utilisée pour pousser les meubles)
Éthanol en gel liquide
Pinceau large
Zip allume feu gel (comme de la pâte à dentifrice)
Allume gaz (briquet avec bec allongé pour ne pas se bruler les doigts)
Extincteur
Couverture
Sac noir (pour cacher les éclairages)
lampe torche et filtre
Boitier Moyen Format Pentax 645D avec plusieurs batteries
Objectif 35 mm
Pied photo avec une rotule : Manfrotto 190XPROB, rotule Manfrotto 804RC2